24.9.16

Les films d'horreur et moi

(J'ai longuement hésité à écrire cet article parce que je ne veux pas que les gens pensent que je me considère comme une experte en la matière. Je tiens donc à préciser ceci : L'article suivant n'est que mon avis personnel, je ne suis pas une cinéphile ni une "spécialiste  films d'horreur", je ne vais pas rentrer dans les détails "techniques" non plus. Si vous préférez : Ici il n'est pas question de décortiquer les films. Par ailleurs je ne les ai évidemment pas tous vus car déjà il y en a pas mal et puis certaines catégories ne m'intéressent pas.)

J'ai décidé de traiter de tout ce à quoi je m'intéresse dans ce blog, voilà pourquoi j'ai voulu écrire cet article et le partager avec vous comme je vous parlerai d'un bon bouquin ! Et dans mon entourage certaines personnes pensent que je suis une accro de tous les films d'horreur mais c'est faux ! Je n'aime pas du tout les films du genre snuff movie ça me met mal à l'aise (je n'ai vu que les 2 premiers Saw donc les films du genre Hostel ou The serbian film c'est même pas la peine).







Au début ...










J'ai du regarder mon premier film d'horreur quand j'étais au collège, pendant une soirée avec des amies. Il me semble qu'il s'agissait de dead silence.


Résumé : 
"Un homme revient dans sa ville natale pour enquêter sur la mort mystérieuse de sa femme. Au fur et à mesure de ses recherches, il apprend que ce meurtre pourrait avoir été commis par le fantôme d'une ventriloque continuant à vivre à travers ses marionnettes..."









A l'époque ça nous avait fait pas mal peur évidemment : des marionnettes, un vieux théatre sombre et abandonné, une légende flippante. Le truc qui fichait facilement la trouille à des gamines de 13 ans.
C'est donc à partir de cette époque que j'ai commencé à m'intéresser aux films d'horreur parce que de toute façon aussi loin que mes souvenirs remontent j'ai toujours aimé me faire peur. Etant en primaire j'étais persuadée qu'il y avait un monstre sous mon lit et pendant longtemps (jusqu'au lycée. Oui bon ça va hein !) je n'étais pas sereine quand j'étais dans mon lit et que je devais tendre le bras pour attraper mon portable par terre parce que je pensais qu'une main allait surgir de sous le lit et m'attraper (parano bonjour !).






Il m'arrive aussi d'avoir peur du noir. Quand je suis sur le point de m'endormir, j'ai toujours peur qu'en ouvrant les yeux j'aperçoive une silhouette au pied de mon lit ou autre chose d'aussi rassurant et agréable.




Bref. J'ai continué à me faire une mini culture de films d'horreur au fil des années, j'avais des périodes ou j'en regardais plus souvent que d'autres et petit à petit j'ai commencé à être attirée par certaines sous catégories. C'est donc par hasard que j'ai découvert (et que je suis tombé en amour) avec les genres slasher et found footage .


Qu'est ce que c'est ?


Wikipédia mon ami veux tu bien éclairer nos lanternes s'il te plait ...


Un slasher (de l’anglais slasher movie) est un sous-genre cinématographique très spécifique rattaché au film d’horreur.
Un slasher met systématiquement en scène les meurtres d’un tueur psychopathe, qui élimine méthodiquement un groupe de jeunes individus, souvent à l’arme blanche.

Salut, tu aimes les films d'horreur ?

Et le Found footage (littéralement « enregistrement trouvé ») est un genre cinématographique utilisant le procédé de caméra subjective.




Les références du genre pour le slasher étant : Halloween, Souviens toi ... l'été dernier, Les griffes de la nuit, Vendredi 13, Scream.



Et  pour le found footage : Le projet Blair Witch, Paranormal Activity, Unfriended, Canibal Holocaust, REC, Cloverfield.

http://littlesadisticnightmare.tumblr.com/post/140738264940


Pourquoi ces genres là en particulier ?


Le slasher ...


 En fait ce qui m'attire particulièrement concernant le slasher ce sont les codes qu'il utilise :

  • Un tueur traque une bande de jeunes (certains parmis eux coupables d'une mauvaise action)
  • Il s’immisce à une de leur soirée
  • Le roi ou la reine du lycée se font tuer (d'ailleurs souvent en plein coït ou juste après)
  • Le héros enquête sur le tueur
  • Le héros tue le tueur 
  • Le tueur revient et la malédiction recommence...

Notons également le côté "évident" de la chose. Ça en devient presque comique tellement on le voit venir à des kilomètres : une bande d'adolescents qui fait la fête dans un lieu abandonné, et un fou qui se balade avec un couteau, une tronçonneuse ou une hache. Au premier bruit suspect ils se séparent tous et choisissent de se rendre là ou il ne faut pas : cave, grenier, ou alors tout simplement aller se promener seul en pleine forêt pour chercher de l'aide. Mais d'un autre côté c'est aussi intéressant de remarquer que parfois les personnages se faisant tuer les premiers sont souvent ceux qui ont quelque chose à se reprocher, ou bien que le tueur a des raisons de le faire car il aurait vécu une expérience traumatisante. Pour Halloween par exemple (mon préféré), j'ai bien aimé le Michael Myers de Rob Zombie. Le fait qu'il lui donne un passé et qu'on puisse connaître un brin de sa personnalité (même si c'était seulement pendant sa jeunesse), l'a rendu attachant. J'apprécie aussi le fait d'être en "stress" pendant que je regarde un slasher. Que va t-il se passer ? Ou est caché le tueur ? Et qui n'a jamais crié (ou alors pensé très fort dans sa tête) : "PAS PAR LA ! LE TUEUR EST DE CE CÔTE !!!"


Et là il est derrière toi ! 


Quelques uns de mes slashers préférés (je reste dans les classiques) :
  • Halloween, la nuit des masques
  • Halloween (le remake de Rob Zombie)
  • Halloween 2
  • Massacre à la tronçonneuse 
  • Scream
  • Les griffes de la nuit

Le found footage ...


J'ai découvert le found footage avec Rec. Ça m'a fait tout drôle et j'avoue, j'y ai cru, je me suis demandé si les images n'étaient pas réelles au début. Même si c'est un procédé qui peut vite donner mal à la tête (surtout sur grand écran), j'aime le fait que l'on ait un point de vue interne et qu'on vive l'histoire à travers une caméra ou un téléphone comme si on y était. La tension est encore plus forte en particulier si comme moi, vous êtes vraiment bon public (grosse froussarde). La vision infrarouge de la caméra ou le seul éclairage du flash du téléphone ne nous laisse pas beaucoup de visibilité et nous laisse imaginer le pire lors des scènes filmées de nuit ...

nathansnightmare.tumblr.com
C'est vrai qu'on a pas envie d'aller plus loin là ...!

Le but du found footage est de présenter un film comme si il s'agissait d'une oeuvre authentique filmée par hasard par une personne témoin d'un fait anormal (infection, invasion de zombies, possession, événements paranormaux ...) et ça suffit largement à me convaincre ! Je ne dis pas que tous les films du genre sont bons, mais un bon nombre d'entre eux sont responsables de l'augmentation de mon rythme cardiaque (le dernier qui m'ait marqué : Gallows).


Mes found footages préférés :

  • Rec
  • Rec 2
  • Le projet Blair Witch
  • Gallows
  • Vhs 2


Et vous quels sont vos films d'horreur préférés ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire